Médiation

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Les attitudes du médiateur transformatif en matière de harcèlement psychologique

Introduction

L’allégation de harcèlement psychologique n’est pas tant un problème à diagnostiquer et à résoudre qu’une relation à comprendre et à réparer. La médiation d’une allégation de harcèlement psychologique est nécessairement différente de la médiation d’une transaction d’affaires. Cette dernière fait appel à la négociation raisonnée des besoins et intérêts des parties à un litige civil ou commercial afin d’en arriver à un règlement mutuellement satisfaisant.

En matière de harcèlement psychologique, et donc en présence d’une crise relationnelle caractérisée par des blessures et des malentendus, le modèle de médiation approprié sera davantage axé sur la relation interpersonnelle entre les parties. Ainsi, la médiation transformative vise plutôt la clarification et l’assainissement d’une relation par la recherche d’une compréhension subjective plus large d’une situation conflictuelle au moyen de la mise en commun et de l’interpénétration de récits divergents.

Pour faciliter ce processus, le médiateur transformatif en matière de harcèlement psychologique développe les attitudes appropriées et nécessaires à l’accomplissement d’un rôle qui diffère de celui que joue le médiateur formé au modèle de médiation d’affaires axé sur la résolution de problèmes.

L’empathie

En tout premier lieu, le médiateur transformatif cherche à manifester en tout temps une neutralité bienveillante envers chaque partie, autant envers la personne mise en cause qu’envers la présumée victime. Dans une situation où chaque partie a tendance à juger l’autre assez sévèrement, tout en se sentant jugée par l’autre partie, par l’entourage ou par les deux, l’absence manifeste de jugement chez le médiateur, de pair avec une attitude de curiosité empathique, sont des facteurs déterminants pour permettre aux parties de se dire, de s’écouter et de faire place à d’autres lectures de la situation que la leur.

L’humilité

La notion même de compétence du médiateur se transforme. Plutôt qu’un expert qui sait et qui dit, le médiateur transformationnel devient un invité dans la vie des parties qui ne sait pas et qui écoute. En bon invité, il ne fait rien sans la permission expresse de ses hôtes. Il met de côté toute attente de résultats particuliers, laissant les parties aborder leur situation de la manière et dans l’ordre qu’elles jugent pertinents. À tout moment, il reçoit et accueille les parties non pas où il voudrait qu’elles soient, mais là où elles sont en réalité.

La présence

Pour ce faire, le médiateur maintient soigneusement un micro-focus sur ce qui est en train de se dire d’instant en instant, en se gardant de sauter à toute conclusion sur « le véritable enjeu » de la situation. Ce micro-focus est porté autant sur les mots et expressions utilisées par les parties (le contenu) que sur les émotions exprimées ou à peine esquissées par leur comportement non verbal et paraverbal (le contenant). Sans jamais les mener ou les devancer, le médiateur transformationnel suit les parties à la trace ( « following, not leading, the parties »). Il s’agit d’une présence, plutôt que d’une performance.

Le discernement

Lorsqu’il écoute les parties, le médiateur transformatif a deux objectifs à l’esprit. À travers les récits respectifs, il reste aux aguets pour détecter les occasions où chacun pourrait renforcer sa capacité d’action autonome (« Empowerment »), tout en tenant compte du point de vue de l’autre partie (« Recognition »). Lorsque de telles occasions se présentent, il peut choisir d’intervenir pour soulever la possibilité de progresser vers ces deux objectifs, tout comme il peut décider de ne pas intervenir pour ne pas briser le fil de la communication.

Le respect

Si le médiateur décide d’intervenir par une question ou un commentaire pour souligner une occasion de renforcer la capacité d’action autonome d’une partie (« Empowerment »), il peut choisir d’amplifier la possibilité qu’elle accède à plus de clarté sur ses propres objectifs, options et ressources, tout comme il peut l’inviter à faire un pas dans ce sens. S’il décide d’intervenir pour souligner une occasion de renforcer la prise en compte par une partie du point de vue de l’autre (« Recognition »), là encore il a le choix entre une question ou un commentaire qui amplifie cette possibilité ou qui invite la partie à faire un pas dans ce sens. Dans un cas comme dans l’autre, l’exhortation est contre-indiquée, car elle ne respecterait pas le libre arbitre, la souveraineté et la dignité de la partie concernée.

La patience

Si Rome n’a pas été bâtie en un jour, Rome n’a pas non plus été rebâtie du jour au lendemain. Permettre aux personnes qui vivent un conflit de se percevoir et de percevoir l’autre partie autrement est une tâche qui demande doigté, temps et patience. Elle exige du médiateur qu’il commence par bien expliquer à toutes les parties concernées le caractère évolutif de son intervention, chaque nouvelle étape s’appuyant sur le consentement éclairé des parties à avancer plus loin dans le processus. On prévoit habituellement un battement de quelques jours entre les différentes rencontres pour permettre aux parties de réfléchir, de consulter au besoin et de cheminer, chacune à son rythme. En matière de sentiments blessés, on ne peut aller plus vite que la musique. La nuit porte conseil. Plutôt qu’un blitz énergique visant l’atteinte rapide de résultats palpables, l’image associée ici est celle du petit train qui va loin, d’un changement graduel de climat.

Conclusion

La pratique de la médiation transformative en matière de harcèlement psychologique est caractérisée par les attitudes d’empathie, d’humilité et de présence, d’une part, et de discernement, de respect et de patience, d’autre part. Ces attitudes se manifestent dès les premiers contacts avec l’employeur, lors des rencontres préliminaires individuelles avec les parties, lors d’éventuelles rencontres conjointes, de caucus en aparté, de séances de coaching téléphonique entre les rencontres, et cela, jusqu’à la séance de signature d’un éventuel sommaire des acquis de la médiation et d’un communiqué conjoint.

Tiré de La médiation d’une allégation de harcèlement psychologique : l’approche transformative. © 2010 John Peter Weldon


Warning: Unknown: open(/home/content/43/4554343/tmp/sess_ghvh3mukkq9q2duarkfaf4gdl5, O_RDWR) failed: No such file or directory (2) in Unknown on line 0

Warning: Unknown: Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct () in Unknown on line 0